Runner’s high : la raison pour laquelle je fais de la course à pied

Vous avez peut-être déjà eu cette sensation de bonheur intense après avoir terminé une longue course, cette sensation s’appelle la runner’s high, qui se traduirait en français par l’euphorie du coureur.

Ce sentiment d’euphorie rend les sportifs détendus et calmes. Il peut aussi aider à se protéger temporairement contre la douleur pendant une course.

Mais tous ceux qui courent ou font de l’exercice ne ressentent pas ce bref moment de bonheur.

Qu’est-ce que la runner’s high ?

Outre le sentiment de joie ou de plaisir extrême, on y ressent un état d’euphorie bref et profondément relaxant.

Elle survient après un exercice intense ou prolongé. Souvent, les personnes qui ressentent la runner’s high disent également ressentir moins d’anxiété et de douleur immédiatement après leur course.

Cependant, toutes les personnes qui courent ou font de l’exercice de manière intense ne ressentent pas forcément une euphorie. Il est difficile de mesurer l’euphorie car l’expérience est subjective. Mais ce que nous savons, c’est qu’elle est rare et difficilement atteignable.

Il faut généralement courir de nombreux kilomètres avant de ressentir les premiers effets. Pour de nombreuses personnes, cette distance est très challengante voir impossible.

Les effets de la course à pied sur notre corps et cerveau

La runner’s high n’est pas le seul avantage possible de la course ou de l’exercice physique. En effet, les substances chimiques libérées lorsque vous courez vous procurent plusieurs avantages physiques, qui ne sont pas tous liés à votre cardio.

La course et les exercices physiques libèrent un flot d’endorphines dans votre sang. Les endorphines sont souvent appelées “substances chimiques de bien-être” car elles produisent des sentiments de bonheur et de plaisir.

Elles vous permettent également de ressentir moins de douleur pendant que vous courez, vous permettant ainsi de courir plus longtemps.

Pendant des décennies, les scientifiques ont cru que les endorphines étaient les hormones liées à la runner’s high. Cela fait sens à la vue de leurs nombreux effets bénéfiques.

Mais ces dernières années, des recherches ont révélé que les endorphines n’avaient pas grand-chose à voir avec le phénomène. Au lieu de cela, de nouvelles recherches mettent en évidence un autre type de molécule : les endocannabinoïdes.

Ces molécules agissent sur votre système endocannabinoïde. Il s’agit du même système qui est affecté par le tétrahydrocannabinol (THC), le composé actif du cannabis.

Comme les endorphines, l’exercice libère des endocannabinoïdes dans la circulation sanguine. Si vous vous sentez euphorique ou profondément détendu après une course, ces molécules peuvent en être les responsables.

Les endorphines

Les endorphines sont des substances neurochimiques libérées naturellement par votre corps. Elles sont fabriquées par votre système nerveux central et votre hypophyse.

Les endorphines agissent sur la même partie de votre cerveau que les opioïdes comme la morphine. C’est pourquoi on les appelle les substances chimiques du “bonheur”. Elles sont libérées pendant l’exercice physique ou en cas de douleur ou de stress, ainsi qu’en réponse à l’alimentation ou aux rapports sexuels.

Les endorphines, cependant, sont de grosses molécules. Bien sûr, elles sont microscopiques et ne peuvent être vues à l’œil nu, mais comparées aux autres substances chimiques présentes dans l’organisme, elles sont considérées comme volumineuses.

Le taille ne leur permet pas de traverser la barrière hémato-encéphalique. Il s’agit d’un obstacle dans l’organisme qui protège le cerveau de certains agents pathogènes et molécules. Les endorphines sont l’une de ces molécules qui ne peuvent pas pénétrer votre cerveau.

Cela signifie que les endorphines ne peuvent pas être responsables de la runner’s high – il s’agit donc d’autre chose.

Les endocannabinoïdes

Ce quelque chose d’autre pourrait être les endocannabinoïdes. Ces molécules sont suffisamment petites pour traverser la barrière hémato-encéphalique et agir sur les récepteurs de votre système endocannabinoïde. (Le système activé par pas consommation de THC, que l’on retrouve dans le cannabis)

On a retrouvé en quantité élevé d’une typologie d’endocannabinoïde appelé anandamide, dans le sang de coureur ayant tout juste terminé leur course. Certaines recherches suggèrent que l’anandamide peut déclencher la “runner’s high”. Il en résulte des effets psychoactifs à court terme tels que

  • une réduction de l’anxiété
  • une euphorie
  • une sensation de calme

Cependant, les recherches qui examinent comment le cerveau et le corps réagissent aux endocannabinoïdes après l’exercice sont assez limitées pour le moment.

Autres avantages de la course à pied

La runner’s high n’est pas garantie pour tous coureurs, ni à chaque course cependant d’autres avantages tout aussi bénéfiques valent le détour :

Voici quelques-uns des bienfaits les plus courants de la course à pied :

  • une réduction de l’anxiété
  • la réduction des sentiments de dépression
  • une meilleure mémoire et une meilleure concentration
  • augmentation de la souplesse et amélioration de l’endurance

Si la runner’s high vous intéresse et que vous débutez dans la course à pieds, je vous invite à lire mon article sur comment débuter en course à pied, pour une progression optimale !

Vincent Bieuzent
Amateur de fitness, je vous donne mes conseils pour vous maintenir en bonne santé au quotidien ainsi que pour perdre du poids, sécher, prendre de la masse et bien sûr pour progresser dans votre domaine.

Article complémentaires

Garder contact

13FansJ'aime
3FollowersSuivre
4FollowersSuivre

Les dernières parutions

Runner’s high : la raison pour laquelle je fais de la course à pied

Par Vincent Bieuzent Temps de lecture 4 min
0